Publié : 12 janvier 2010

Etudes dirigées, aide aux devoirs, permanence ... quelles différences ?

La vie scolaire du collège Jacques Brel (Cléon) a pris le temps de jeter sur le papier quelques idées.

Les études dirigées

Elles renforcent les activités d’enseignement et favorisent l’apprentissage du travail personnel. Elles contribuent à apporter à chaque élève l’aide personnalisée dont il a besoin, permettant ainsi de prévenir les risques d’échec et de réduire les difficultés provenant des inégalités des situations familiales.

Principaux objectifs

• Offrir un temps privilégié pour le travail autonome et favoriser l’apprentissage du travail personnel.
• Porter un regard sur ce qui a été fait dans la journée, repérer, pointer ce que les enfants savent, les difficultés rencontrées et apporter une aide personnalisée.
• Développer l’acquisition de compétences transversales (mémorisation, méthodes de travail, traitement de l’information).
• Encourager le respect de l’autre, développer le goût de l’effort et du travail bien fait.

Elles ont donc une dimension

• méthodologique
• relationnelle
• didactique
• civique.

Les études dirigées concernent tous les élèves (par petits groupes de 4 à 6).

Elles :

• Ne peuvent servir à compenser l’enseignement d’une discipline qu’on aurait à un moment négligée.
• Ne sont pas un temps libre : elles sont structurées (prise de l’agenda et organisation du travail en fonction du contenu ; temps de mutualisation des stratégies d’apprentissage ou de récitation des leçons ; temps d’approfondissement ou de reprise à partir de difficultés constatées chez les élèves).

Les enseignants, en fonction de leurs observations sur le travail et les difficultés de l’élève, conseillent, voire imposent la fréquentation de l’étude dirigée.

L’aide aux devoirs

C’est un temps où les élèves font leur travail personnel (les “devoirs à la maison”) dans le cadre de l’école ou du collège, avec l’aide d’enseignants ou des personnels qualifiés.

Principaux objectifs

• Offrir un cadre propice à l’apprentissage des leçons et à l’exécution des devoirs écrits.
• Offrir un temps privilégié pour le travail autonome et favoriser l’organisation du travail personnel.
• Développer l’acquisition de compétences transversales (mémorisation, méthodes de travail, gestion de l’agenda ou du cahier de texte, anticipation, traitement de l’information).
• Apporter une aide individuelle et ponctuelle lorsqu’un élève n’a pas compris ce qui lui est demandé.

Elle a donc une dimension

• Méthodologique
• relationnelle

L’aide aux devoirs concerne tous les élèves qui en font la demande (par groupes de 6 à 12 élèves).

Elle :

• Ne peut servir à compenser l’enseignement d’une discipline qu’on aurait à un moment négligée, mais elle peut permettre de reprendre une notion momentanément incomprise.
• N’est pas un temps de garderie : elle offre un cadre propice au travail personnel (temps calme, espace aménagé pour que chacun puisse faire ses devoirs sans gêner son voisin ; outils à disposition : dictionnaires, mémos de grammaire, de conjugaison ... etc).
• Se déroule de la manière suivante : lire l’agenda (2 minutes) ; organiser son travail (par quoi vais-je commencer ? De quels outils ai-je besoin pour travailler ? ... 3 à 4 minutes) ; apprendre les leçons et effectuer les exercices (30 à 35 minutes) ; vérifier les acquis (10 à 15 minutes).

Les parents peuvent inscrire leur enfant à l’aide aux devoirs (après le temps de classe). Les enseignants, en fonction de leurs observations sur le travail de l’élève, conseillent l’aide aux devoirs à l’élève et à ses parents.

La permanence

C’est un lieu d’accueil, lorsqu’une plage horaire se trouve libérée dans l’emploi du temps des élèves. Ces derniers sont en permanence pour travailler (faire des devoirs, apprendre des leçons, s’avancer dans son travail ou s’occuper calmement - lire ou dessiner), ce n’est donc pas un lieu de détente (comme le foyer par exemple).

Ce temps s’apparente à de « l’étude surveillée ». On est davantage dans une logique de lieu, d’espace réservé à « l’entre deux cours », que dans une logique pédagogique. C’est pourquoi il n’est pas rare de trouver dans les collèges des règlements de permanence comme ceux présentés ci-dessous.

Les règles de la permanence

Exemple 1 :

1/ on chuchote, c’est-à-dire que l’on parle tout bas, sans élever la voix ni faire de bruit pour ne pas déranger les autres. Chacun a besoin de calme pour travailler,« sinon, c’est le chahut » Par contre, pendant que le surveillant fait l’appel en début d’heure, le silence doit être complet, personne n’est autorisé à chuchoter à ce moment là, « sinon, on n’entendrait pas si le surveillant nous appelle »

2/ on ne se déplace pas, sauf au début de la permanence où j’ai le droit de me lever pendant 2 minutes pour emprunter du matériel à un camarade par exemple. Après ces 2 minutes, chacun reste à sa place, mes affaires doivent être sorties et mon sac doit être posé par terre.

3/ on s’occupe. Si je n’ai pas de travail à faire, je m’occupe autrement (je lis une bande dessinée, ou je dessine par exemple).Je ne reste pas sans rien faire et je ne me retourne pas pour discuter. « la perm, c’est fait pour travailler et pas pour déranger les autres »

Exemple 2 :

• Je m’installe en silence, je sors mes affaires pour travailler après avoir posé mon sac au sol. Je change de place si un surveillant ou un assistant d’éducation me le demande.

• Je ne me retourne pas. Je me tiens correctement (je ne m’affale pas sur la table, par exemple)

• Pour demander un renseignement, je lève le doigt et attends l’autorisation du surveillant. Je ne me lève pas sans y avoir été autorisé.

• Je ne quitte en aucun cas la salle de permanence (d’autres moments sont prévus pour aller aux toilettes...). Une heure de permanence équivaut à une heure de cours : ce sont les mêmes règles.

• Les chewings-gums sont bien entendu, interdits. J’attends la fin de l’heure pour jeter mes papiers à la poubelle. En quittant la salle, je veille à laisser la salle en bon état et je range ma chaise par respect pour le travail des agents.