Vous êtes ici : Accueil > Accompagner les personnels > Le premier degré. > Mise en place d’un décloisonnement CM2-6ème en R.A.R.

Documents joints

Publié : 29 juin 2009

Mise en place d’un décloisonnement CM2-6ème en R.A.R.

Article rédigé par Johann Maridaux, enseignant référent du
Réseau.

Lorsque s’est mis en place le réseau Ambition Réussite
articulé autour du collège Robespierre et de l’école
Jean Macé, un des principaux axes de réflexion a
porté sur la liaison CM2-6ème.

Nous avons donc envisagé, au cours de la première
année de fonctionnement, la mise en place d’un dispositif
qui permettrait, avec la collaboration des équipes
enseignantes de l’école primaire et du collège, ainsi
que celle des enseignants référents et des assistants
pédagogiques, une meilleure prise en compte
de l’hétérogénéité des élèves en s’appuyant sur les
compétences spécifiques de ces adultes.

Ainsi, à la rentrée 2007, nous avons mis en place un
décloisonnement en français entre deux classes de
CM2 et deux classes de sixième. Ce décloisonnement,
à raison de deux fois une heure par semaine, avait lieu
à l’école élémentaire, où les élèves de CM2 et de 6ème
se retrouvaient répartis en trois groupes de besoin,
définis suite à l’exploitation des évaluations de début
d’année (évaluations nationales CM2 et 6ème ).
L’objectif principal de ces ateliers était centré sur
la production d’écrits, chaque groupe travaillant sur
un thème commun. Trois thèmes furent abordés, le
portrait, la poésie et la bande dessinée.

L’intérêt du travail en groupe de besoin fut bien
entendu d’alléger les effectifs du groupe d’élèves en
difficulté et de leur permettre de remédier au mieux à
leurs lacunes, en valorisant un travail qui avançait à
leur rythme et suivi par l’enseignant référent travaillant
sur les classes de CM et de 6ème. Le travail au sein de
ce groupe s’intégrait dans un PPRE dont le bilan était
fait régulièrement avec les familles et pris en compte
au moment de la remise des livrets à l’école élémentaire,
ou au conseil de classe pour les collégiens.

Pour les deux autres groupes, et notamment le
groupe d’élèves plus performants, pour qui la maîtrise
de la langue posait moins de soucis, l’objectif était
de permettre des productions plus longues et plus
abouties avec la professeur de français. Le groupe
intermédiaire, lui, était pris en charge par la professeur
des écoles, aidée par une assistante pédagogique en
raison d’un effectif plus important.

A la fin de l’année, trois recueils de textes furent
réalisés, contenant les traces des productions de
chaque élève et disponible à la lecture dans la bibliothèque de la classe.

Le bilan de cette expérience, qui s’avéra positif, nous
engagea à reconduire le dispositif à la rentrée 2008,
en tentant de mettre encore plus en adéquation les
compétences des enseignants et les difficultés des
élèves, mais aussi en améliorant la coopération entre
les enseignants du primaire et du secondaire pour
ce qui concerne la préparation des séances et l’évaluation.

Ainsi, depuis la rentrée 2008, un quatrième groupe
est constitué, animé par la professeur des écoles
spécialisée de la CLIN de l’école élémentaire, destiné
aux élèves arrivés depuis peu en France et dont les
difficultés sont principalement d’ordre linguistique. Un
gros travail oral est donc effectué dans ce groupe.
Si, pour l’année scolaire 2008-2009 le travail reste
articulé autour de trois thèmes, à savoir le roman,
le conte et le théâtre, l’objectif n’est plus strictement
limité à la production d’écrits, mais aussi à la lecture.
De façon à harmoniser le travail entre les membres
de l’équipe, un temps de concertation est assuré
régulièrement entre les professeurs du collège et les
professeurs des écoles, durant lequel le point est fait
sur l’avancement de chaque groupe par rapport aux
objectifs fixés, le cas de certains élèves discuté (avec
éventuellement le passage d’un élève d’un groupe à
l’autre) et les travaux dans chaque groupe échangés.

Le recours à la messagerie électronique est également
important pour l’échange des préparations.
L’évaluation du travail des élèves prend plusieurs
formes, à commencer par l’observation de l’élève
durant la séance (participation, investissement en
petit groupe, lecture à voix haute) et la correction des
exercices faits dans son cahier.

En outre, de façon à raccrocher le travail en petit
groupe à celui qui est fait en classe entière, chaque
enseignant est chargé de préparer une évaluation,
tenant compte à la fois des objectifs définis en
commun mais aussi des différenciations spécifiques à
chaque groupe, qui permet d’une part de s’assurer de
l’acquisition des compétences visées, mais aussi de
donner une note aux collégiens qui tienne compte de
la différenciation mise en place.

Contact : 0762132e@ac-rouen.fr