Vous êtes ici : Accueil > Piloter et animer des réseaux > Politique éducative de santé
Publié : 15 décembre 2011

Politique éducative de santé

La politique éducative de santé constitue un facteur essentiel de bien-être des élèves, de réussite scolaire et d’équité. Elle constitue ainsi une composante des dispositifs éducatifs innovants tels que les écoles, collèges, lycées ambition réussite (Éclair), les internats d’excellence (IE), les établissements de réinsertion scolaire (ERS) ou des opérations telles que l’expérimentation Cours le matin, sport l’après-midi ou la Mallette des parents.

Sept domaines prioritaires sont retenus pour être programmés dans le projet éducatif de chaque école ou chaque établissement, selon des inflexions liées à l’analyse spécifique des besoins qui y est conduite dans le cadre de la démarche de projet s’appuyant notamment sur des données issues du cahier de l’infirmière.

Les objectifs formulés ci-après et développés en annexe sont étayés d’un rappel des dispositions législatives et réglementaires en vigueur qui s’inscrivent également dans des politiques interministérielles en cours de réalisation et les différents plans qui les mettent en œuvre.

Il s’agit d’organiser l’ensemble des actions en veillant à diffuser largement l’information aux parents, aux élèves et aux professionnels de l’école ou de l’établissement afin qu’ils puissent être des acteurs à part entière du projet.

Au lycée, les conseils des délégués pour la vie lycéenne et les maisons des lycéens prennent une part active dans la conception et la réalisation des projets engagés.

Les sept objectifs prioritaires sont les suivants :

- faire acquérir aux élèves des bonnes habitudes d’hygiène de vie

- généraliser la mise en œuvre de l’éducation nutritionnelle et promouvoir les activités physiques (intégrant la prévention du surpoids et de l’obésité) ;

- généraliser l’éducation à la sexualité (accès à la contraception et prévention des IST et du sida) ;

- généraliser la prévention des conduites addictives ;

- organiser la prévention des « jeux dangereux » et participer à la prévention et à la lutte contre le harcèlement entre élèves ;

- repérer les signes d’alerte témoignant du mal-être et organiser le cas échéant la prise en charge des élèves repérés, notamment des victimes ou des auteurs de harcèlement ;

- renforcer l’éducation à la responsabilité face aux risques (formation aux premiers secours).

La stratégie pour ces priorités doit s’appuyer sur deux niveaux :

- des actions d’information et d’éducation conçues à l’aide de ressources existantes. À cet égard il faut rappeler qu’ un espace d’affichage, clairement identifié dans chaque collège et lycée, doit impérativement préciser les horaires d’ouverture des infirmeries, les numéros Vert et Azur, les coordonnées des structures locales d’information et de conseil ;

- une orientation vers des dispositifs extérieurs lorsqu’une prise en charge ou un accompagnement s’avère nécessaire.

De manière générale, pour travailler sur ces priorités, il est nécessaire de développer plus largement les compétences de tous les personnels en matière d’éducation à la santé. Pour ce faire, il est utile que les formateurs des enseignants s’appuient sur l’outil de formation Profedus (promouvoir la formation des enseignants en éducation à la santé), élaboré par le réseau universitaire pour l’éducation à la santé (UNIRéS) et l’Inpes, en ligne sur le site de l’Inpes, Cet outil comporte deux volets : le premier constitue une aide à la mise en place de la formation, le second permet d’illustrer la démarche pédagogique en éducation à la santé. Profedus est utilisable en formation initiale et continue et est destiné aux enseignants des premier et second degrés.