Publié : 20 juin 2014

Recommandations pour la mise en œuvre des programmes

Les observations faites lors de la consultation nationale menée à l’automne 2013 sur les programmes de l’école primaire de 2008 doivent être prises en compte. La présente circulaire a pour objectif d’apporter un certain nombre d’indications pour la mise en œuvre des programmes de l’école élémentaire, en attendant leur renouvellement à compter de la rentrée scolaire 2016.

Les recommandations proposées ci-après constituent des indications générales ou portent sur des domaines précis qui ne se substituent pas aux programmes en cours, mais peuvent en éclairer la mise en œuvre en dégageant des priorités, en précisant des interprétations, en distinguant, lorsque c’est nécessaire, entre ce qui n’est qu’abordé et ce qui est traité de façon plus approfondie, entre ce qui est esquissé à un niveau donné et ce qui peut être repris par la suite. Les domaines d’enseignement ou les points du programme qui n’appellent pas de commentaires particuliers ne sont pas mentionnés. Les indications qui suivent se réfèrent aux programmes de 2008 et donc à la définition actuelle des cycles. Les horaires de l’école élémentaire ne sont pas modifiés.

Les enseignants ménagent autant que possible des situations de transversalité qui permettent notamment des retours réguliers sur les apprentissages du français et des mathématiques  : tous les domaines d’apprentissage donnent lieu à des exercices écrits et oraux réguliers. Cette transversalité donne plus de sens aux apprentissages en créant du lien entre les différents domaines. Accorder de l’importance au sens des apprentissages, c’est revenir sur l’opposition classique entre sens et automatisation : il ne s’agit pas de les opposer, mais de les construire simultanément. La construction du sens est indispensable à l’élaboration de savoirs solides que l’élève, acteur de ses apprentissages, pourra réinvestir. L’automatisation de certaines procédures est le moyen de libérer des ressources cognitives pour que l’élève puisse accéder à des opérations plus élaborées et à la compréhension.

L’éducation à la santé et à la sécurité ainsi que l’éducation à l’environnement et au développement durable, sont mises en œuvre dans le cadre des enseignements et ne doivent pas constituer des domaines s’ajoutant aux contenus des programmes. Ainsi, la formation préparant à l’attestation de première éducation à la route s’inscrit dans les domaines de l’instruction civique et morale et de l’éducation physique et sportive. De même, la formation « apprendre à porter secours » engage des connaissances et des compétences, en lien avec l’instruction civique et morale et les sciences et peut être menée avec l’appui des personnels de santé de l’éducation nationale ou d’organismes habilités.

L’enseignement d’histoire des arts, pluridisciplinaire et transversal, s’appuie sur l’ensemble des domaines d’apprentissage. Il vise à susciter la curiosité de l’élève et à stimuler sa créativité, en lien avec une rencontre sensible des œuvres.

Les objectifs d’enseignement de l’école élémentaire s’inscrivent dans la continuité des apprentissages engagés à l’école maternelle.

Lire la suite de la circulaire