Publié : 16 décembre 2013

Séminaire Académique des secrétaires de Comex. Vendredi 4 octobre 2013

Secrétaire de séance : Franck Hippert

Présentation d’un réseau ECLAIR :

M. GOURDEL présente le réseau ECLAIR Jules Vallès :

 279 élèves sont inscrits au collège dont :
 277 répartis sur les quatre niveaux
 2 élèves relevant du Dispositif d’initiation aux métiers en alternance (Dima)

Dans les écoles du réseau ECLAIR VALLES

 L’école maternelle E. VAILLANT = 137 élèves (6 enseignants)
 L’école maternelle ROBESPIERRE = 168 élèves (7 enseignants)
 L’école élémentaire E. VAILLANT = 218 élèves (10 enseignants)
 L’école élémentaire ROBESPIERRE = 253 élèves (12 enseignants)

Soit un total de 35 enseignants dans les écoles du réseau.
Le réseau ECLAIR VALLES rassemble 1055 élèves sur trois groupes scolaires.

Les axes du projet de réseau ECLAIR

Assurer la maîtrise des compétences de base :
- Améliorer la continuité des parcours scolaires.
- Repérer les difficultés et y remédier.

Interroger et diversifier les pratiques pédagogiques :
- Développer les échanges de pratiques inter-degrés, écoles/collège/lycée, et favoriser la complémentarité des approches pédagogiques : programmation de quatre réunion s pédagogiques inter degrés.
- Optimiser l’apport des Professeurs supplémentaires et des Assistants pédagogiques :
Professeurs supplémentaires : Rédaction d’une lettre de mission balisant les projets annuels et les champs d’interventions dans les domaines éducatifs et pédagogiques.
Assistants pédagogiques : Identifier les besoins d’accompagnement pédagogique en classe ou en dehors de la classe afin d’assurer une prise en charge holistique de chacun des élèves.

Développer l’ambition scolaire :
- Renforcer les actions en faveur de la parentalité : réunion de parents d’élèves, projets associant les parents
- Poursuivre la mise en œuvre d’un Parcours de découverte des métiers et des formations ambitieux.
- Partenariats d’excellence : section sportive hand ball (partenariat HAC).

Optimiser le pilotage du réseau :
- Adosser la réflexion et les projets du Socle commun : validation PLC palier 2 et 3 au sein du réseau.
- Centrer la réflexion sur le parcours scolaire : individualisation des parcours : PLC, PPRE passerelle, accompagnement, tutorat…..
- Développer les échanges avec les réseaux voisins : Dispositifs TRAME, Caucrivision, CESC inter-degrés (expositions CIDEM)

Actualité de l’éducation prioritaire dans l’académie de Rouen.

Résumé des échanges. Seul le prononcé fait foi.

M. VITTECOQ précise que les 3 collèges (Vallès, Varlin et Moquet travaillent ensemble et avec le Lycée Schumann.
Il fait ensuite le point sur l’Education prioritaire et la tenue des assises. M. VITTECOQ précise que les assises de l’Education prioritaire entrent dans le cadre de la loi de refondation. Ces demi-journées débuteront dès le lundi 7 octobre. Un document de cadrage, le rapport sur l’Education prioritaire ainsi qu’un résumé de ce rapport ont été transmis aux équipes. Ces assises seront suivies le 27 novembre par une réunion regroupant les académies de Rouen, Amiens et Paris.

Des secrétaires de comex font observer que ces assises génèrent des craintes sur la sortie de l’Education prioritaire de certains établissements. M. VITTECOQ précise que rien n’est à ce jour décidé. Toutefois, la carte de l’Education Prioritaire n’a pas été modifiée depuis 1999 et le profil des territoires a bien entendu évolué.

Les assises sont organisées à la demande du ministère de l’éducation nationale (rappel du cadre et des modalités d’organisation). Il est essentiel de maintenir tout ce qui fonctionne. 1er et 2nd degrés doivent travailler le plus possible ensemble.

Des atouts pour notre académie :

- l’action des coordonnateurs de réseau, qui assurent la cohérence des réseaux

- la présence de professeurs supplémentaires dans les ECLAIR

- les évaluations 5ème (bilan sur la « mission évaluation »)

- les IA-IPR référents dans tous les établissements sur l’Académie de Rouen.

Néanmoins,

- le suivi des élèves vers le lycée pose problème (en ECLAIR, 47,5 % des élèves de 3ème vont en 2nde GT). Comment sont pris en compte les élèves venant de l’Education Prioritaire ? Il faut que les professeurs supplémentaires suivent les élèves au cours du 1er trimestre de 2nde.

Au niveau national, les résultats scolaires sont décevants par rapport aux attentes, malgré la forte implication des personnels. L’absence d’évaluations nationales en mathématiques et en français pose désormais un problème. La chute des résultats en collège peut en partie s’expliquer par la perte des meilleurs élèves à l’entrée au collège (dérogation, fuite vers les établissements privés).

S. H. observe que l’un de ses réseaux perd les « bons élèves » au moment du passage entre le 1er degré et le 2nd degré.

En ECLAIR, une note moyenne de 5,6 à l’épreuve ponctuelle de mathématiques au DNB n’est pas satisfaisante, alors que la note moyenne au contrôle continu (toutes matières confondues) est de 12, quel que soit le collège, ECLAIR ou non.

Y. D. s’interroge : l’heure de moins, chaque semaine en mathématiques, dans le 1er degré est-elle sans impact sur la réussite des élèves ?

Sur le plan national, on n’a pas réussi à réduire les écarts de résultats entre les établissements en EP et hors EP (ce qui n’est pas le cas dans l’académie de Rouen).

On note également une discontinuité du pilotage national. Il faut une action durable pour faire réussir les élèves. On peut également regretter un saupoudrage des moyens.

Dans notre académie :

Le taux de CSP défavorisés varie de 40 à 80 % dans les ECLAIR et de 20 à 95 % dans les RRS. Les moyens supplémentaires n’ont pas toujours été concentrés sur l’essentiel. Les indemnités ECLAIR n’attirent pas.La taille des réseaux est également variable : de 145 élèves à plus de 800.

Il est nécessaire de maintenir le niveau d’exigence de l’Education Prioritaire.
Faire davantage confiance au terrain et favoriser le travail en équipes est aussi important. Reste le problème des différences de statuts ente le 1er et le 2nd degrés.
Il convient de stabiliser les personnels : revoir la nomination des enseignants, ainsi que celle des pilotes.
Il faut rompre avec le mille-feuille de l’Education Prioritaire.
Enfin, il est nécessaire de rester sur une cible pédagogique.

Présentation du diaporama « rapport de diagnostic sur l’éducation prioritaire, juillet 2013 ». Il servira de support à la réunion plénière des demi-journées d’assises organisée dans chaque réseau.

Les données spécifiques à l’Académie de Rouen sont transmises :

- 17 % des élèves sont en Éducation Prioritaire.

- CSP défavorisés : 58 % en RRS et 77 % en ECLAIR.

M. VITTECOQ souhaite un tour de table sur l’organisation des assises dans chacun des réseaux.

D’COL

M. VITTECOQ présente le dispositif D’col. Il consiste en l’accompagnement des élèves en difficulté en 6ème.(en mathématiques et en français). Le travail mené se fait à partir du numérique. Chaque collège doit définir 2 groupes d’élèves (10 à 15), suivant 2h par semaine un dispositif par le biais du numérique. 2 professeurs du collège doivent être désignés (français, mathématiques ou anglais) pour suivre ce dispositif, ainsi qu’un tuteur en ligne (CNED).

Les assises de l’éducation prioritaire : mise en situation

Travail en ateliers : mise en situation pour l’organisation des « assises académiques », à partir de trois thématiques retenues parmi les 6 proposées. 1h30 pour traiter une question. (6 ateliers regroupant des secrétaires de Comex territorialement proches)

Synthèse des ateliers :

- les secrétaires d’ateliers feront remonter les tableaux remplis dans chaque atelier (à Franck MEYER et à M. VITTECOQ)

- Faire connaître les problèmes rencontrés lors du travail en atelier.

Au sein de certains groupes, la question se pose sur le sens des mots consensus/débat.

A retenir : 27 novembre 2013, les assises interacadémiques auront lieu à l’INSA de St Etienne-du-Rouvray. Quelques secrétaires de comex seront invités à participer.